Vues d’avion, les îles siamoises de La Guadeloupe, dans les Antilles françaises, ressemblent à un papillon aux ailes vertes déployées. Situés dans l’archipel des Caraïbes, entre les îles de Montserrat et de la Dominique, la Guadeloupe et les îlots qui l’entourent n’offrent pas seulement des plages paradisiaques de sable blanc. Elles cachent aussi des cascades, des forêts tropicales montagneuses et des musées qui rappellent son passé sanglant et sinistre : le génocide des peuples précolombiens et la traite des esclaves africains qui s’en est suivi. Depuis les îles principales de Grande-Terre et de Basse-Terre, il n’y a qu’une heure de ferry jusqu’aux petites îles de La Désirade, Marie-Galante ou les Saintes, que l’on peut visiter en une journée. Département français d’outre-mer, la Guadeloupe est depuis longtemps une destination populaire auprès des touristes francophones et d’autres visiteurs de l’Union européenne. Mais ce qui les attire, ce n’est pas seulement les facilités de visa ni la communauté de langue. Ce qui donne à « Gwada », comme l’appellent affectueusement ses habitants, son charme inimitable, c’est ce riche mélange de cultures africaine, européenne, amérindienne, et indienne. Plus authentiques que ses cousines de Saint-Martin et de La Martinique, la Guadeloupe est également plus abordable que la très jet set Saint-Barthélemy.

Les plages et les côtes

À moins de 30 minutes de l’aéroport principal de la Guadeloupe, sur l’île de Grande-Terre, se trouvent quelques-unes des plus belles plages de l’île, comme Sainte-Anne, avec sa plage de carte postale ou Le Gosier et son ambiance familiale. Petit-Havre est une petite plage de surf fréquentée par la population locale. Pour admirer des vues spectaculaires sur l’océan Atlantique et la mer des Caraïbes, promenez-vous le long de l’extrémité est de Grande-Terre, en remontant les falaises de la Pointe des Châteaux. Ensuite, dirigez-vous vers la Porte d’Enfer pour explorer le Trou de Madame Coco, une grotte creusée par les vagues. Selon la légende locale, Madame Coco était une sorcière qui aurait conclu un pacte avec le diable. Tout près du village de Trois-Rivières, commence l’un des sentiers les plus spectaculaires de Basse-Terre : le Sentier de la Grande Pointe. Trois cascades spectaculaires jalonnent son parcours. Elles se déversent dans la mer près de la plage de sable noir de l’Anse Duquéry. Les randonneurs attentifs remarqueront les pétroglyphes précolombiens que l’on peut observer sur les rochers qui bordent le sentier. Tout au long de la balade, vous verrez les nombreuses ruines de plantations de sucre de l’époque coloniale.

Le Parc National de la Guadeloupe

Le Parc National de la Guadeloupe s’étend sur plus de 74 100 hectares de forêt tropicale sur l’île de Basse-Terre. Les visiteurs peuvent y randonner le long de la Grande Soufrière, un volcan actif qui est aussi le plus haut sommet des Petites Antilles avec une altitude de 1467 mètres. En regagnant Grande-Terre, en traversant l’un des deux ponts qui relient les deux parties de l’île, vous emprunterez la route de la Traversée, qui traverse le parc national. Son tracé sinueux passe par plusieurs attractions naturelles qui valent le détour. Baignez-vous dans une piscine naturelle sous la Cascade aux Écrevisses ou profitez de la beauté magique des cascades Carbet. Arrêtez-vous à la Maison de la Forêt, pour simplement profiter de la sérénité des lieux, à l’ombre de majestueux châtaigniers tropicaux, d’acajous et de figuiers.

Faune tropicale dans une réserve sous-marine

Au cœur du Parc National de la Guadeloupe, se trouve également la Réserve sous-marine Jacques Cousteau, dont font partie les Îlets Pigeon. En 1959, Jacques-Yves Cousteau explora les eaux de ce petit magnifique petit rocher et fut émerveillé par sa biodiversité. Les écoles de sports nautiques de la région enseignent aux visiteurs à protéger les fragiles écosystèmes sous-marins situés du parc. Ensuite, ils peuvent faire de la plongée libre ou avec tuba pour observer des centaines d’espèces de poissons, coraux, anguilles, tortues marines et petits requins. À l’est de l’île, le jardin de corail sous-marin héberge un buste immergé de Cousteau, réalisé par l’artiste français Albert Fage.

Memorial ACT, musée du Mémorial

En 1759, les Britanniques s’emparent de la Guadeloupe, mais la rendent en 1763, après la signature du Traité de Paris. Dès la seconde moitié du XVIIe siècle, les colons français ont commencé à importer des Africains asservis pour travailler dans les plantations de sucre de la Guadeloupe. L’esclavage ne sera aboli qu’en 1848. Après la fin de l’esclavage, ce sont des hindous qui seront engagés pour remplacer les esclaves dans les plantations de cannes à sucre. Ce triste épisode de l’Histoire des Antilles possède désormais son mémorial, le musée Mémorial ACTe, dédié à la mémoire et à l’histoire de l’esclavage, et établi sur le site d’une ancienne sucrerie de Pointe-à-Pitre, la plus grande ville portuaire de la Guadeloupe. Outre ses expositions permanentes intéressantes sur l’histoire de l’esclavage et les peuples précolombiens de l’île, le Mémorial ACTe dispose d’une remarquable architecture métallique audacieuse avec son arche, sa terrasse modulable, son espace événementiel à ciel ouvert et le Morne Mémoire, un jardin-panoramique avec vue sur mer.

Tambours traditionnels

Malgré la taille relativement réduite de l’île, il semble que chaque jour soit un jour de fête à la Guadeloupe. C’est vrai, mais le plus célèbre d’entre eux est le Carnaval, célébré dans la plupart des villages pendant deux mois, chaque année au début de l’hiver. Goziéval, le carnaval du village de Gosier, sur Grande-Terre, est particulièrement animé, avec des défilés qui serpentent dans la ville. Tout au long de l’année, les voyageurs peuvent rendre visite aux groupes de musique qui répètent pour le carnaval en jouant une variété de styles de musique traditionnelle comme le Gwo’ka, la Biguine et le Zouk. Tous les samedis, les tambours gwo’ka jouent en public et font danser la foule du marché aux épices de Pointe-à-Pitre.

La cuisine créole

Mélangeant les styles culinaires du monde entier, les spécialités créoles utilisent abondamment des poissons comme le vivaneau rouge et la dorade, des fruits de mer et toute une gamme d’épices odorantes, comme le laurier des Antilles, la graine de moutarde brune et le piment. L’Écomusée Créole de Guadeloupe est un musée et un restaurant de Basse-Terre qui comprend des jardins potagers et d’herbes locales. Tout entier dédié à la cuisine traditionnelle, le restaurant propose des plats typiques servis avec des fleurs comestibles et des herbes fraîches du jardin. N’oubliez pas de déguster des plats traditionnels comme les acras (beignets de morue frite) et les lambis (conques) ou le colombo de poulet et de chèvre, un plat inspiré par les Indiens arrivés dans les îles au XIXe siècle pour y travailler.

Découvrez sur notre site toute notre offre de locations en Guadeloupe