Tours est une ville vivante et animée particulièrement renommée pour sa gastronomie et ses vins. Située au confluent de la Loire et du Cher, c’est la plus grande ville de la vallée de la Loire et la porte d’entrée idéale pour en visiter les nombreux châteaux. En effet, Tours ne se trouve qu’à un peu plus de 2 heures de Paris par TGV. De plus, ses attraits historiques ne manquent pas non plus. C’est une destination idéale pour y louer un gîte, le temps de quelques vacances.

Un tour du vieux Tours

La vieille ville se concentre autour de la place Plumereau et ses anciennes maisons. L’été, c’est l’endroit parfait pour prendre un verre en terrasse. Promenez-vous dans les petites rues étroites et pénétrez dans la ville médiévale historique. Au sud, se trouve, le très joli cloître de Saint-Martin, étape importante sur la route des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Saint Martin était un ancien soldat devenu évêque de Tours, au IVe siècle. Ses restes, redécouverts en 1860, se trouvent maintenant dans la crypte de la nouvelle basilique.

Le quartier de la cathédrale

L’autre partie ancienne de la ville, le quartier de la cathédrale est dominé par la Cathédrale Saint-Gatien, un bâtiment de style gothique flamboyant qui renferme la tombe de Charles VIII et de deux enfants d’Anne de Bretagne. Ses splendides vitraux datent du XVIe siècle. Au sud de la cathédrale, se trouve le Musée des Beaux-Arts, installé dans l’ancien palais de l’archevêque. Les collections sont très intéressantes et le fleuron en est la succession de chambres meublées comme aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Le Prieuré et la Roseraie à Saint-Cosme

À 3 kilomètres, les superbes ruines du Prieuré de Saint-Cosme dégagent un romantisme fou. Fondé en 1092, le prieuré était également une halte sur le chemin du pèlerinage de Compostelle, en Espagne. Le prieuré a connu son apogée lorsque Catherine de Médicis et la famille royale vinrent s’établir en Touraine. La reine y fit de fréquentes visites et le combla de ses largesses. Le prieur de l’époque n’était autre que le célèbre poète français, Pierre de Ronsard, qui y passa une bonne partie des dernières années de sa vie et y mourut en 1585. Il existe un petit musée consacré au poète, mais l’attraction principale est la roseraie qui comprend des centaines de variétés de roses, dont celle à laquelle Pierre de Ronsard a laissé son nom.

Musée du compagnonnage

Dans le dortoir du XVIe siècle de l’ancienne abbaye de Saint-Julien se trouve un musée consacré à un mouvement d’artisans français remontant à l’époque médiévale. Les Compagnons du Tour de France sont comme une guilde de compagnons qui préservent les métiers historiques et d’art en transmettant leur savoir aux jeunes aspirant à ces métiers, dans le cadre d’un apprentissage. Pour compléter l’apprentissage et devenir un « compagnon », un artisan devait créer un chef-d’œuvre, quelle que soit la discipline dans laquelle il travaillait. Certaines de ses créations stupéfiantes y sont présentées. Elles recouvrent des savoir-faire aussi variés que le travail des métaux, la couture, la fabrication de chaussures et la sculpture sur bois.

Visiter les châteaux de la région

Tours est un point d’accès incontournable pour visiter les châteaux de la Loire, ces merveilles du patrimoine royal ou de la noblesse française. L’un des plus beaux exemples, Villandry, ne se trouve qu’à 20 minutes. Ses jardins sont une pure merveille. Ils ont été restaurés par un médecin espagnol, Joachim Carvallo, qui a conçu plusieurs terrasses de jardins dans le style de la Renaissance, toutes dotées de haies de buis taillées géométriquement. L’ensemble comprend un jardin aquatique, un labyrinthe, un solarium, un jardin d’agrément avec de hautes haies et un étonnant potager médiéval. Amboise est également à faible distance, vers l’est. Au XVIe siècle, le château fut la résidence préférée de François Ier et de la plupart de ses successeurs. Amboise a connu son apogée à l’époque de la Renaissance après que Charles VIII eut transformé l’ancienne forteresse en palais de style italien, à la fin des années 1400. En 1516, François Ier invita Léonard de Vinci à venir y vivre et travailler Amboise. La résidence du génie italien au Clos Lucé était en fait reliée au Château d’Amboise par des passages souterrains pour que le roi puisse venir prendre conseil ou s’entretenir avec lui en toute discrétion. Ces souterrains sont visibles sur rendez-vous. Da Vinci est mort à Amboise en 1519 et est enterré dans la chapelle Saint-Hubert.

Spécialités locales de nourriture et de vin

N’oubliez pas que la Gargantua de Rabelais est originaire de la région. Vous savez donc à quoi vous attendre : une nourriture généreuse et pleine de saveurs. Parmi les spécialités locales qui vous feront saliver à la carte des restaurants : les rillettes (pâté d’oie ou de porc), l’andouillette, le coq au vin de Chinon, le fromage de chèvre, le « Tours aux pruneaux », les macarons des moines de Cormery et les fouaces, si appréciées par Rabelais. Les vins du Val de Loire sont aussi nombreux que différents : blancs de Vouvray, Montlouis, Amboise, Azay-le-Rideau et rouges de Chinon, Bourgueil et Saint-Nicolas se disputent les faveurs des amateurs. Pour trouver un gîte à Tours et en Val de Loire, consultez nos offres sur Touraine.