Partir en vacances avec son animal de compagnie, une tendance en forte croissance !



etude vacances animaux


Selon une étude réalisée pour Abritel, plus d'un quart des propriétaires d'animaux en Europe admettent choisir leur lieu de vacances uniquement s'ils peuvent y emmener leur compagnon à quatre pattes !


Toutes les locations de vacances qui acceptent les animaux



Jamais sans mon compagnon ! C’est ce que pense près d’un propriétaire de chien ou de chat sur 4 (26 %) qui déclare choisir son lieu de vacances selon la possibilité d'emmener, ou non, son animal de compagnie. Une étude* réalisée par Abritel révèle également que même s'il reste un certain nombre d'obstacles au fait d'emmener ses animaux en vacances, 1 personne sur 5 pense que c'est aujourd'hui plus facile qu’avant. Une bonne nouvelle, puisque 42 % des personnes interrogées considèrent leur animal comme un membre à part entière de leur famille.

Pourtant, voyager avec son chat ou son chien n’est toujours pas chose aisée et cette étude a permis de mettre en lumière un certain nombre de freins dans l’organisation des vacances avec son animal comme :


  • Trouver un logement acceptant les animaux : c’est la principale raison pour près de la moitié des propriétaires de chat et de chien (48 %)

  • Les problèmes logistiques notamment pour les voyages à l’étranger, tels que la mise en quarantaine (33 %) et les coûts élevés pour le transport des animaux (25 %)


Pourquoi part-on avec son compagnon ?


Dans toute l'Europe, le sentiment de culpabilité à l’idée de laisser derrière soi son animal de compagnie est celui qui prédomine, et plus particulièrement pour les propriétaires de chien.

Ainsi, ce sont près de 17 % des propriétaires européens qui déclarent ne pas pouvoir profiter de leurs vacances sans leur animal. Et ce sont les 18-24 ans qui éprouvent le plus intensément ce sentiment de culpabilité (37 %), ces derniers étant même les plus susceptibles d'annuler un séjour s'il n’est pas possible d’emmener leur animal.

Cette tendance s’observe également chez les seniors, puisque 22 % des plus de 65 ans sont également convaincus de ne pas pouvoir apprécier leurs vacances sans leur compagnon.

vacances avec son chien


Chien, chat, qui part le plus ?


Cette étude révèle que ce sont les chiens qui partent le plus souvent en vacances, la moitié des propriétaires de chien (54 %) ayant déjà emmené leur compagnon canin en vacances.


Côté félin, ce sont plus d'un quart (26 %) des maîtres qui ont fait profiter leur chat du voyage. Et les chats français peuvent même se vanter de voyager plus que leurs amis européens, avec près d'un tiers (29 %) d’entre eux qui ont déjà accompagné leur maître en vacances.

chien en vacances


L'hébergement idéal ?


Au travers de cette enquête, Abritel a pu dégager les trois caractéristiques les plus importantes d'un environnement adapté aux animaux en vacances à savoir :


  • un jardin fermé

  • de grands espaces ouverts

  • la proximité d’un parc
location idéale avec un chien


Quels sont les comportements des Européens face à leur compagnon ?


Les Français aiment leurs animaux de compagnie et 29 % d’entre eux déclarent même que le fait de pouvoir les emmener avec eux conditionne le choix de leurs vacances mais ils sont 45 % à estimer qu’il est difficile de trouver un hébergement acceptant les animaux. Le confort de leur animal est également primordial, 55 % des Français estimant qu’il est surtout important que l’hébergement dans lequel ils vont séjourner ait un jardin lorsqu’ils partent avec leur animal.
Les Portugais, quant à eux, sont ceux qui considèrent le plus les animaux domestiques comme des membres de la famille à part entière (59 %), suivis de près par les Espagnols (56 %). Etonnement, le Royaume-Uni, réputé pour être une nation d'amoureux des animaux domestiques, se situe loin derrière le reste de l'Europe avec seulement 21 %. Et seulement 13 % de nos voisins anglo-saxons choisissent leur lieu de villégiature en fonction de la possibilité d’emmener son animal, contre 32 % pour les Espagnols !

animaux en Europe



* Source : Etude Bilendi du 6 avril 2015 auprès d’un échantillon de 3002 adultes (18 ans et plus) européens : France, Royaume Uni, Allemagne, Italie, Espagne et Portugal.